Lettre d’Henri IV sur sa conversion, 25 juillet 1593, Tours, Archives municipales, AA10, 49. Transcription et commentaire par Marie-Elodie Jullien, David Nivarlet, Nicole Sorin et Mathilde Zicca

I. Présentation de la source

Les Archives municipales de la ville de Tours conservent, dans leurs fonds anciens, l’exemplaire d’une lettre adressée par Henri IV aux maire et échevins de la cité, écrite à Saint-Denis en date du 25 juillet 1593, jour de sa conversion à la foi catholique[1].

De ce document, nous proposons de réaliser ici une transcription ainsi qu’une brève analyse visant à dégager l’intérêt qu’il peut présenter en tant que source historique. Nous devons signaler que cette lettre d’Henri IV a déjà fait l’objet d’au moins une édition par le passé. Celle-ci est l’œuvre de l’érudit et bibliophile tourangeau Victor Luzarche (1805-1869), ancien conservateur honoraire de la bibliothèque municipale de Tours et maire de la ville en 1847[2]. Elle fut publiée en 1861 dans le cadre de son ouvrage Lettres historiques des archives communales de la ville de Tours depuis Charles VI jusqu’à la fin du règne de Henri IV (1416-1594)[3]. Cependant, bien qu’il constitue toujours un excellent point de départ, le travail de Victor Luzarche a indéniablement vieilli et ne correspond plus aux normes actuelles en matière de transcription. Nous proposons donc d’en produire une nouvelle sur base de la méthode suivante :

Tout d’abord, la source étant endommagée, nous avons cru bon de respecter la disposition originale du texte et d’en numéroter les lignes (à l’exception de la suscription, de la signature et de l’adresse finale située au dorso). En effet, une déchirure parcourt le premier feuillet du document des lignes 23 à 30. Celle-ci a rendu nécessaire la reconstruction de certains mots devenus illisibles. Ainsi, les caractères lacunaires ont été restitués en fonction du sens du texte, et indiqués entre crochets. Il existe également une perforation au niveau des lignes 12 et 13, mais celle-ci ne perturbe pas la lecture du document. Nous avons ensuite procédé à la résolution des abréviations signalées en italique dans la transcription. Nous avons supprimé les majuscules inutiles et revu la ponctuation. L’accentuation, quant à elle, a été établie en fonction des normes actuellement admises pour l’édition des textes du XVIe siècle : ainsi, seuls les accents permettant d’éviter une forme d’ambiguïté ont été ajoutés.

Le document comprend deux feuillets : le texte de la lettre se trouve rédigé sur un premier feuillet recto-verso ; les indications de suscriptions, quant à elles, figurent au verso du second.

  1. Transcription

[fo. 1ro]            De par le Roy,

[1] Nos amez et feaulx, suivant la promesse que nous feismes à nostre advenement

[2] a cette couronne par la mort du feu Roy, nostre tres honoré seigneur et frere

[3] dernier deceddé que Dieu absolve, et la convocation par nous faicte des

[4] prelatz de nostre royaume, pour entendre a nostre instruction par nous tant

[5] desiree et tant de fois interrompue par les artifices de nos ennemys,

[6] enfin nous avons Dieu mercy conferé avecq les ditz prelatz et docteurs,

[7] assemblez en nostre ville pour cest effect des poinctz sur lequelz nous

[8] desirions estre esclairci. Et après la grace qu’il a pleu a Dieu nous

[9] faire par l’inspiration de son sainct esprit, que nous avons recherchee

[10] par tous nos voeuz et de tout nostre cœur, pour nostre salut et satisfaict

[11] par les preuves que iceulz prelatz et docteurs nous ont rendues, par les

[12] escriptz des aspotres, des saints peres et docteurs receuz en l’eglise ; recongnoissant

[13] l’eglise catholique apostolique et romaine estre la vraie eglise de Dieu

[14] plaine de verité et laquelle ne peut erreur, nous l’avons embrassee

[15] et nous sommes resolu d’y vivre et mourir. Et pour donner commancement

[16] a ce bon œuvre et faire congnoistre que nos intentions n’ont eu jamais

[17] aultre but que d’estre instruict, sans aulcune oppiniastreté, et d’estre

[18] esclairci de la verité et de la vraye relligion pour la suivre, nous avons

[19] esté ce jourd’huy a la messe et joint et uny nos prieres avecq la dicte

[20] eglise, après les ceremonyes necessaires et accoustumees en telles choses,

[21] resolu d’y continuer le reste des jours qu’il plaira a Dieu nous donner

[22] en ce monde, dont nous avons bien voulu vous advertir pour vous resjouyr

[23] d’une sy agreable nouvelle, et confondre par noz actions les bru[its] que

[24] nos dictz ennemys ont faict courir jusques a cette heure que la [pro]messe

[25] que nous en avions cy devant faicte estoit seullement pour abu[ser]

[26] nos bons subjectz et les entretenir d’une vayne esperance, sans a[uc]une

[27] volonté de la mettre a execution ; vous priant d’en faire rendre graces

[28] a Dieu par processions et prieres publicques, affin qu’il plaise a sa divi[ne]

[29] bonté nous confirmer et maintenir le reste de nos jours en une

[30] si bonne et saincte resolution. Et nous le prierons qu’il vous ayt, //

[fo. 1vo]

[1] nos amez et feaulx, en sa saincte et digne garde. Escript à Sainct-Denis

[2] en France ce dimanche XXVeme juillet 1593.

Henry            //

[In dorso :] Nos amez et feaulx, les maire et eschevins de nostre ville de Tours.[4]

III. Analyse sommaire de l’intérêt historique du document

Lorsque François duc d’Alençon, fils cadet d’Henri II de France et Catherine de Médicis, meurt le 10 juin 1584, s’éteint, en fait, le dernier héritier de la maison capétienne de Valois. Puisque son frère le roi Henri III n’a pas de descendance, c’est désormais à son cousin, Henri roi de Navarre (futur Henri IV), issu de la maison cadette de Bourbon, que doit passer la couronne. Mais la légitimité de ce dernier est largement contestée. De confession protestante, Henri de Navarre est alors à la tête du parti des Huguenots. Son accession à la couronne est donc rejetée par le camp catholique qui, en réaction, s’organise en une « Sainte Ligue » armée, prenant le contrôle de Paris ainsi que d’autres villes royales. Ces événements marquent le début de la huitième guerre de Religion.

Henri III prend d’abord parti pour la Ligue et exclut Henri de Navarre de sa succession, conformément à la volonté du pape Sixte V qui avait excommunié ce dernier pour hérésie. Sentant le contrôle de la Ligue lui échapper, Henri III finit par rallier le camp du roi de Navarre. Le 1er août 1589, Henri III est assassiné par un fanatique, laissant au nouveau roi Henri IV le soin de reconquérir son royaume. Sa position est fragile : malgré la chute de certaines réticences depuis son avènement, les ligueurs continuent à lui tenir tête. Ces derniers tiennent d’ailleurs la ville de Reims, ce qui l’empêche de recevoir le Sacre. De leur côté, les protestants sont méfiants : ils craignent que le roi ne se reconvertisse au catholicisme pour sécuriser son trône. À cette époque, Henri IV a déjà changé de religion cinq fois.

C’est d’ailleurs ce qui va se produire : le 16 mai 1593, lors des conférences des États généraux de Suresnes, il annonce officiellement sa volonté de retourner à la foi catholique[5]. Cette déclaration fait écho à « l’expédient » de 1592, document dans lequel Henri IV avait déjà exprimé son désir d’abjurer le protestantisme[6]. Il fixe déjà la date et les modalités de son abjuration : elle doit avoir lieu à Mantes le 15 juillet suivant en présence d’une assemblée de prélats chargée de son instruction. Les événements de la guerre contre la Ligue repoussent cette échéance : sa conversion a finalement lieu le 25 juillet 1593 en la basilique Saint-Denis[7].

C’est dans ce contexte que s’inscrit la lettre de conversion adressée par Henri IV au maire et aux échevins de la ville de Tours. Issue de la chancellerie royale, manifestation écrite du pouvoir du souverain, elle est l’occasion pour Henri IV de réaffirmer son autorité et sa légitimé auprès des représentants de la ville et de ses habitants. Tours, ancienne capitale royale, entretient la réputation d’avoir toujours été loyale à son souverain en ayant offert un refuge à Henri III lors de sa fuite de Paris et en s’étant inclinée immédiatement face à son successeur. Il est tout de même utile de rappeler que, jusqu’en 1598 environ, elle abrite un important mouvement ligueur, et que le nouveau roi protestant est loin de faire l’unanimité au sein de la population[8]. En un sens, la lettre constitue aussi un appel à la conciliation et à l’apaisement.

Henri IV commence sa lettre en évoquant certains éléments de contexte : il y rappelle la promesse qu’il avait faite de se convertir et explique que celle-ci n’a été retardée que par la faute ses ennemis (qu’il ne nomme pas). Il s’attarde plus longuement sur le processus d’abjuration et les étapes de sa conversion : de la convocation des prélats et docteurs de l’Église à l’absolution et l’instruction dans la foi catholique qu’il a reçues de ceux-ci. Il se dit avoir été inspiré par l’Esprit Saint et exprime son désir de vivre et mourir au sein de l’Église romaine. Si la plupart de ces affirmations – bien que vagues, car énoncées de manière extrêmement lapidaires – sont véridiques, le roi s’autorise une licence en affirmant que sa conversion avait été préparée dès son avènement. Il avait effectivement annoncé vouloir maintenir la religion catholique dans le Royaume de France dès  le 4 août 1589. Mais, comme précédemment mentionné, l’annonce de sa conversion à venir n’est pas annoncée avant « l’expédient » de 1592, et les modalités de celle-ci ne sont, quant à elles, connues qu’à partir des conférences de Suresnes.

Le roi dit écrire pour annoncer la « sy agreable nouvelle » et inciter à la célébration de l’événement par l’organisation de processions et de prières publiques honorant son règne. Ce faisant il réaffirme déjà son autorité et assied sa nouvelle position de « roi très chrétien ». Il le fait plus encore lorsqu’il indique aux maire et échevins que s’ils se conforment à ses exigences, il intercédera en leur faveur auprès de Dieu, insérant ainsi son règne dans la tradition des rois de France qui sont considérés comme les fils aînés de l’Église, médiateurs privilégiés entre Dieu et leurs sujets. En cela, le choix de la nécropole royale de Saint-Denis pour sa cérémonie d’abjuration n’était sans doute pas innocent. Il se place plus particulièrement encore dans la succession d’Henri III en évoquant, en lien avec son couronnement, la mort de son « tres honoré seigneur et frere »[9]. Cependant, le principal objectif de la lettre semble constituer un plaidoyer attestant de la sincérité du monarque dans sa démarche l’abjuration. Celle-ci a souvent été remise en doute par le fait de ses multiples reconversions.

Le propos est remarquablement éloquent. Il embrasse pleinement le vocable de l’Église romaine, allant jusqu’à insérer une évocation du credo catholique : « recongnoissant l’Eglise catholique apostolique et romaine estre la vraie Eglise de Dieu plaine de verité »[10].

Mais, comme précédemment mentionné, au-delà de l’affirmation de sa sincérité et de son autorité royale, Henri IV cherche à unifier son royaume. Sa conversion a déstabilisé la Ligue qui voit son casus belli fortement affaibli. S’il incite aux réjouissances, c’est peut-être pour pousser ses sujets à se rassembler autour de leur roi et se faire reconnaître comme légitime au sein de la population des villes. Cela soulève la question de savoir si la lettre adressée au maire et aux échevins de Tours est unique ou si d’autres missives semblables ont été transmises aux autres grandes villes du royaume.

Ce document est, en tout cas, un remarquable témoin de la politique d’unification et d’affermissement du pouvoir royal menée par Henri IV dans le cadre de la reconquête de son royaume, projet qu’il doit mener de front avec la consolidation de sa propre légitimité. De par la rhétorique qui y est employée et les enjeux qu’elle nous laisse entrevoir, la lettre de conversion d’Henri IV constitue une source historique essentielle pour comprendre le rôle joué par la politique royale dans l’apaisement des guerres de Religion à la fin du XVIe siècle.

[1] Lettre d’Henri IV sur sa conversion, 25 juillet 1593, Tours, Archives municipales, Archives anciennes, reg. AA10, no 49.

[2] « Luzarche, Victor », in Bibliothèque Nationale de France, Catalogue général de la Bibliothèque nationale de France, [en ligne], catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb104046710 (page consultée le 24/11/16, dernière mise à jour : le 18/02/09).

[3] Victor Luzarche (éd.), Lettres historiques des archives communales de la ville de Tours depuis Charles VI jusqu’à la fin du règne de Henri IV (1416-1594), Tours, A. Mame et compagnie, 1861, lettre LXII, p. 186-189.

[4] Le dorso du document comprend également l’inscription suivante : « 25 juillet 1593. Lettre du Roy Henry le Grand pour donner avis qu’il a embrassé la Religion Catholique Apostolique et Romaine, et qu’il a entendu la messe le dit jour ». D’après l’écriture, il semble s’agir d’une description du document probablement ajoutée à la fin du XVIIe ou au XVIIIe siècle. Dans sa propre transcription, Victor Luzarche ne signale pas la présence de cette mention.

[5] Jean-Pierre Babelon, Henri IV, Paris, Fayard, 1982, p. 546-552.

[6] Id., p. 529-532.

[7] Id., p. 552-566.

[8] François Caillou, « Le pouvoir royal et les ligueurs de Tours (1589-1598). De la répression au pardon », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. CXX, no 4 (2013), p. 65-88 ; Bernard Chevalier, Histoire de Tours, Toulouse, Privat, 1985, p. 173-178.

[9] Cf. : transcription, lignes 12-14.

[10] Id., ligne 2.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *